Publié le

tige – parmi la forêt

avant d’être allée porter le manuscrit de ce qui allait devenir les chairs étranges chez l’éditeur, avant que le livre ne devienne un livre, et peut-être parce que le livre non encore advenu se porte – probablement – dans un terreau aussi particulier qu’impalpable, tige – parmi la forêt, son premier jet, sa timide et frêle tentative s’était exprimée.

elle s’était ex-primée sous la forme d’une image singulière, d’une image qui me regardait avec une rémanence presque obsessive. à force – je la trouvais bien obstinée – à force d’en être intérieurement dévisagée le jour, le soir, la nuit, en lisant, dans la baignoire, en faisant les courses, en parlant au téléphone… oui, exactement, elle m’a eue et totalement eue pendant une conversation téléphonique… (ce n’était d’abord qu’un gribouillis, un gribouillis au stylo…) mais à force et parce qu’elle insistait, elle a fini par prendre toute la page.

la voici:

«tirée de terre, tirée de sève, tirée par les cheveux»          C.G.

(image arrivée d’elle-même)

tous droits réservés, merci.

À propos de 4ine

Catrine Godin vit à Montréal, elle dessine, peint et écrit. En 2006, paraissent Les ailes closes aux Éditions du Noroît, puis, en 2012 Les chairs étranges suivi de Bleu Soudain. En 2013 Catrine est invitée au Festival International de Poésie de Trois-Rivières, puis elle participe au Festival Québec en toutes lettres en 2014, par l’entremise du projet Les oracles de Production Rhizome. En 2015, elle participe au projet Plus Haut que les Flammes, également de Production Rhizome, qui font paraître Les oracles en 2017. Plusieurs textes libres ont eté publiés dans la revue Possibles. "Catrine Godin a une plume universelle dans sa portée, de l'infiniment petit à l'infiniment grand, ramenée à l'échelle humaine dans ses dimensions les plus profondes. Bon ou mauvais, elle ne juge pas : elle laisse ses mots résonner en toute liberté chez le lecteur qui en est quitte pour de profondes découvertes au fil de ses textes, autant par le sens que par l'esthétisme de son écriture." — Patrick Packwood / pour + d'infos : mescorpsbruts.wordpress.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s